Hôpital public : stop à la folie des fermetures !

C’est notre santé qui est en danger avec un accès aux soins de plus en plus inégalitaire ! 

L’Hôpital est malade du choix pris par les gouvernements successifs de réduire les dépenses publiques notamment au travers de la Sécurité sociale :

  • 2015/2017 les budgets hospitaliers ont supporté 10 milliards de réduction
  • 2018 Macron et Buzyn réduisent encore de 1,4 milliards le budget des hôpitaux. Ils nous préparent un mauvais coup car selon eux : « il y aurait 30% de soins inutiles » !
  • Emmanuel   Macron a bien l’intention d’accélérer le regroupement autoritaire d’hôpitaux publics par «territoire» (GHT) engagé depuis le 1er juillet 2016 : c’est l’aggravation combinée des  réduction de moyens matériels et humains des hôpitaux publics, de la suppression de services, des milliers de lits fermés, et la disparition des hôpitaux et maternités de proximité en déléguant au privé le plus rentable.
  • Dans le même temps, les besoins de santé augmentent pour répondre à la nécessaire croissance de la population, son heureux vieillissement, l’apparition concomitante de pathologies chroniques, à l’égalité d’accès de tous au progrès médical et scientifique.

Mais comment dans de telles conditions financières l’hôpital public peut-il y faire face ? Et pourtant les établissements publics font chaque jour la preuve de leur utilité sociale, en accueillant la première vague de l’hiver des malades de la grippe !

Ce dont a besoin la population dans sa diversité ce n’est pas de superstructures hospitalières mais d’hôpital public de proximité travaillant en concertation avec les services spécialisés, de recherche et d’enseignement, dans un parcours de soins intégrant une offre publique ambulatoire de centre de santé, des équipes en nombre suffisant et bien formées, investies dans la prise en charge partagée

L’égalité d’accès à une médecine de qualité pour répondre aux besoins est possible, pour toutes et tous, partout, et certainement pas le « tout ambulatoire » qui fermera 7 lits sur 10 d’ici 2020 !

L’argent existe pour refinancer immédiatement les hôpitaux publics :

Comme les 34 milliards de dividendes du 1er semestre 2017 des entreprises du CAC 40 !

  • Suppression des exonérations de cotisations sociales patronales en faisant cotiser les revenus financiers, en luttant contre la fraude sociale des Patrons
  • Modulation des cotisations sociales patronales en fonction des efforts réalisés par l’entreprise en matière d’emploi, de salaire et de formation
  • Suppression de la CSG

Le Parti Communiste Français propose un plan d’urgence pour l’hôpital autour de 4 axes :

  • Restaurer les budgets de fonctionnement à la hauteur des besoins des établissements, avec dans   l’immédiat un plan de sauvegarde, l’effacement des dettes, notamment des emprunts toxiques
  • Financer un plan de développement du service public de santé avec des créations d’emplois et par un maillage des territoires de santé autour de l’hôpital public de proximité en lien avec un ou des centres de santé : l’élaboration des plans régionaux de santé doit être mise à profit pour faire entendre les besoins de santé !
  • Financements d’Etat pour l’investissement hospitalier (nombre d’établissements ne peuvent plus avoir accès aux emprunts bancaires)
  • Abrogation du numérus clausus, lancement d’un plan de formation médicale et paramédicale et embauche statutaires

Le personnel hospitalier, leurs représentants syndicaux, les usagers, les associations, les élus, les partis politiques ont leur mot à dire ! Pas de refonte de l’hôpital public sans eux !

Venez en débattre avec les députés communistes

LUNDI 12 février à 20H00 – Bourse du Travail, Lyon

By | 2018-02-10T14:53:55+00:00 02/02/2018|