Les Salariés de Carrefour Givors ont bloqués le magasin samedi 30 mars et lundi 2 avril.

Les salariés de Carrefour Givors ont bloqués le magasin samedi 30 mars et lundi 2 avril dans le cadre d’un mouvement national contre « le plan Bompard » et la suppression de milliers d’emplois.
Les Communistes soutiennet les revendications des salariés de Givors:
• prime de participation à 700€
• augmentation conséquente des salaires
• embauches des salariés du magasin qui sont en CDD
• intégration des 10 salariés de carrefour contact de Givors à 35h dans le magasin.
Les salariés de Carrefour sont trop souvent considérés comme une variable d’ajustement des coûts. Alors qu’ils travaillent en sous effectifs et dans des conditions très difficiles ce sont eux qui créent les richesses.
A l’Hypermarché de Givors plus de 100 suppressions d’emploi en 10 ans ? 500 employés en 2007, et 400 aujourd’hui. Cette baisse dégrade les conditions de travail, entraînant de nombreux arrêts..
Et pourtant Carrefour en 2016 c’est :
1) Augmentation de la politique d’enrichissement des actionnaires sur le dos des salariés !
• + de 40 milliards € de chiffres d’affaires.
• + de 800 millions € de bénéfices.
• + de 500 millions € versés aux actionnaires.
• + de 1,2 milliards € d’aide de l’état de fond public (CICE, exonérations sociales et fiscales).
• en 2017 la répartition des 773 millions € de bénéfices de carrefour : 6% pour les salariés ; 48% pour l’entreprise ; 46% pour les actionnaires.
• salaires des employés à temps plein avec 20 ans d’ancienneté environ 1100 à 1300€.

2) Licenciements, fermetures de magasins, suppressions de postes, augmentation de la précarité des salariés.
• 2400 postes supprimés aux sièges
• fermeture de 273 magasins sur 611 (carrefour market) dont celui de givors
• suppression de 1000 postes dans les stations services et « les pools administratif magasin »

Les communistes disent non aux licenciements boursiers et mettent en débat des propositions :
• Un statut unique Groupe Carrefour (franchise et location gérance compris
• un salaire minimum brut de 1800€
• le respect du repos dominical
• l’engagement de remplacement des salariés absents et tous les départs en retraites.

#onlacherien ; #nonauplanbompard

By | 2018-04-04T21:36:38+01:00 04/04/2018|