Macron prend aux pauvres pour donner aux riches !

L’attaque en règle contre les bailleurs sociaux constitue une escroquerie en bande organisée. Les bailleurs sociaux, contraints d’absorber la baisse brutale des APL pour leurs locataires, verront leur budget diminuer de deux milliards d’euros par an.

Pour de nombreux bailleurs, c’est un coup fatal porté à leur activité.

Et pourtant, contrairement au CAC40, nul actionnaire ni dividende versée : ces fonds sont destinés à la construction de nouveaux logements, à la rénovation du parc, à l’équipement des logements.

Ce sont ainsi les 11 millions de locataires du parc social qui vont pâtir, d’ici quelques semaines, de cette baisse des investissements, qui se traduira très concrètement par un entretien au rabais.

Ian Brossat – adjoint PCF au logement, Mairie de Paris

  • 1, 4 milliards en moins pour les HLM !

  • 400 millions piqués sur le dos des locataires !

  • 400 millions rendus aux nantis !

  • 3 milliards d’impôts en moins pour les plus riches !

 

Pour permettre à tous de se loger, ce ne sont pas les APL qu’il faut réduire, mais l’injustice fiscale et les loyers de plus en plus chers !

Nous ne sommes pas étonnés : notre Ville a servi de laboratoire au petit baron Collomb pour la politique désormais menée en grand, à l’échelle de la France macroniste !

Des projets comme celui de la Part-Dieu qui transforme un quartier de vie en zone de bureaux, des logements trop chers pour répondre aux réels besoins des Lyonnais, la ville vendue aux spéculateurs…

Voilà ce que les fondateurs de LREM ont expérimenté ici !

Le projet communiste pour Lyon est tout autre :

Construisons des logements majoritairement dédiés aux familles à faibles revenus afin de répondre aux plus de 23 000 dossiers de logements sociaux insatisfaits chaque année !

Développons des projets qui favorisent le vivre-ensemble et qui ne permettent de ne laisser personne dormir dans la rue, en particulier les enfants scolarisés dans notre Ville ! 

Pour cela, nous appelons à utiliser les locaux vides de la Ville et de la Métropole et à cesser de brader nos bâtiments pour de petits profits de court terme !

Aline Guitard, secrétaire de la Section de Lyon – PCF

À Lyon, pour répondre aux besoins des plus modestes, les communistes soutiennent :

  • La mise en œuvre de l’encadrement des loyers

  • La construction massive de logements sociaux de qualité, adaptés et accessibles à tous

  • La rénovation massive des logements anciens

  • Le renforcement des aides à la pierre

  • L’arrêt de la spéculation avec une politique foncière publique et ambitieuse

  • Le développement des logements pour les étudiants

Je reste en contact
Je rejoins le PCF

6,5 millions de ménages bénéficient d’une aide au logement, dont plus de la moitié ont des ressources inférieures au seuil de pauvreté et 80% ont des ressources inférieures à un Smic.

Une baisse de 5€ des APL, ce n’est pas anecdotique ; une personne au RSA, une fois les dépenses courantes déduites, ne dispose que de 58€ par mois pour vivre, moins de 2€ par jour.

L’activité locative des organismes HLM s’exprime par des loyers en moyenne inférieurs à 30% à ceux du parc privé.

À Lyon depuis juin 2016, les prix de l’immobilier ont progressé de 5,1% pour s’établir en moyenne à 3 624€ par mètre carré (+50% en 10 ans¡).

Dans le Rhône et la Métropole de Lyon, on compte 159 000 demandeurs de logement social pour 40 000 attributions annuelles.

Dans la Métropole de Lyon, l’attente pour trouver un logement est en moyenne de quatre ans.

De 2014 à 2016, le nombre de recours Dalo (droit au logement opposable) a augmenté de 40%.

By | 2017-11-15T11:17:35+01:00 12/11/2017|