Retour sur la visite de Fabien Roussel, secrétaire général du PCF

Le 28 octobre dernier, Fabien ROUSSEL est venu dans le département du Rhône en tant que Secrétaire Général du PCF et député du Nord pour aller à la rencontre des salarié-e-s, des représentant-e-s syndicaux-ales et des militant-e-s sur la question de l’emploi, et plus spécifiquement de la réindustrialisation et de la sauvegarde de l’emploi industriel, de même que sur la problématique du secteur de la santé.

Tout au long de la journée, il s’est rendu sur différents sites de l’agglomération lyonnaise pour aborder ces problèmes, avec :

  • Le matin une présence sur le site de GENERAL ELECTRIC Villeurbanne,
  • En début d’après-midi une présence sur le site de l’Hôpital Lyon Sud,
  • En fin d’après-midi une présence sur le site de JTECK,
  • Et en début de soirée une rencontre avec des militant-e-s du département du Rhône pour échanger sur ces problématiques et des problèmes d’actualité.

Au cours de ces différentes occasions, il a pu aborder la question de la casse de l’emploi industriel tant sur le site de GENERAL ELECTRIC que sur celui de JTEK tous deux victimes d’un PSE (Plan dit de « Sauvegarde » de l’Emploi) pour la délocalisation de leurs productions respectives pour des raisons boursières et/ou de « dumping social ».

Dans le cas de GENERAL ELECTRIC, il a plaidé pour le maintien des emplois dans le cadre de la nécessaire préservation d’une filière de l’énergie en France, afin de favoriser la constitution d’un PÔLE PUBLIC DE L’ENERGIE apte rassembler toutes les conditions pour la production d’électricité propre et à moindre coût afin de satisfaire les besoins énergétiques du pays et de nos concitoyens.

Il a expliqué que c’est pour cela que le PCF mène une grande campagne nationale pour la tenue des ASSISES NATIONALES DE LA FILIERE ENERGETIQUE en précisant que cette démarche s’inscrit dans le cadre plus large de la CAMPAGNE NATIONALE POUR L’EMPLOI, puisqu’il s’agit ici de la défense de l’emploi industriel au sein de la filière énergétique.

L’enjeu de cette campagne est d’une part de mobiliser les élu-e-s politiques, en direction des élu-e-s du PCF mais également en direction de l’ensemble de la gauche et des écologistes, et d’autre part de mobiliser les organisations syndicales qui se sentent concernées par cet enjeu, et à travers ces organisations syndicales de mobiliser tant que faire se peut le monde du travail et l’ensemble de la population sur ces questions qui sont un ENJEU DE SOCIETE MAJEUR.

Cette campagne revêt d’autant plus un caractère prioritaire pour le PCF, qu’il est partout question dans les discours de réindustrialisation de la France et de reconquête de la souveraineté économique de la France, c’est à tout l’inverse auquel on assiste !

A travers le dossier de JTEK, Fabien ROUSSEL a tenu à rappeler à travers ce dossier qu’avec le CICE et le CIR, ce ne sont pas moins de 20 milliards d’€ qui ont été généreusement distribués SANS AUCUNE CONTREPARTIE en termes d’emploi.

Le tout sachant que sur ces 20 milliards d’€, 13 milliards d’€ ont été distribués aux grandes entreprises ou aux grands groupes (appartenant pour l’essentiel au fameux « CAC 40 », les 40 plus grandes entreprises françaises cotées en Bourse), alors que les quelques 560 000 petites et moyennes entreprises ont dû se contenter du « reste », c’est-à-dire de quelques « miettes » …

Concernant ces 20 milliards d’€ généreusement octroyés, Fabien ROUSSEL a insisté sur le fait qu’il s’agit d’ARGENT PUBLIC, plus précisément de l’ARGENT DE L’ETAT, donc de L’ARGENT DU CONTRIBUABLE, donc de NOTRE ARGENT pour lequel nous pouvons exiger d’avoir des comptes !

Ces deux exemples emblématiques de GENERAL ELECTRIC et de JTEK montrent toute la pertinence de la CAMPAGNE POUR L’EMPLOI à travers la proposition portée par le PCF de « Sécurisation de l’Emploi et de la Formation » pour préserver les emplois existants comme les nouveaux à l’heure où le chômage repart à la hausse, et que les chiffres montrent une progression alarmante et inquiétante de la pauvreté.

 

Après avoir abordé la question de l’emploi, et plus spécifiquement de l’emploi industriel aujourd’hui extrêmement menacé, Fabien ROUSSEL est ensuite revenu sur la situation sanitaire préoccupante dans notre pays, en indiquant que si le gouvernement ne peut évidemment pas être tenu pour responsable de l’apparition de la pandémie de COVID-19, il n’en reste pas moins qu’en termes de la gestion de la pandémie, on voit clairement que d’autres pays s’en sortent mieux que d’autres.

Exemple pour l’Allemagne, un pays de 80 millions d’habitants frontalier de la France n’a connu « que » 10 000 morts dans la période pendant que la France, avec ses 66 millions d’habitants, en a connu plus de 35 000 !

Aujourd’hui, avec la 2ème vague qui s’annonce, force est de constater que les leçons de la 1ère vague n’ont pas été tirées, et surtout que des moyens n’ont toujours pas été alloués en conséquence pour y faire face, comme on a pu le constater à Lyon Sud.

Le problème, c’est qu’à la double crise sanitaire et économique que nous connaissons, s’en rajoute une 3ème, tout aussi redoutable, une crise démocratique forte !

Or, on le sait, dans des situations d’augmentation de la pauvreté et de la misère, il ne faut pas forcément s’attendre paradoxalement à un quelconque « sursaut » démocratique ou « révolutionnaire » …

Face à cela, pas de « recette miracle », mais toute série d’actions concrètes qui s’appuient sur des principes simples :

  • Prendre du temps,
  • Remettre en question certaines pratiques,
  • Partir des préoccupations exprimées par les « gens »,
  • Prendre part aux combats locaux, des combats du « quotidien » pour aller vers des combats plus larges (exemple pour GENERAL ELECTRIC et JTEK qui aboutissent à la tenue des Assises nationales pour la filière énergétique afin d’aboutir à la constitution d’un ¨Pôle public de l’Energie).

Cette reconquête démocratique, il est possible de le faire, NOUS, PCF, parce qu’avec 100 000 adhérents dont 49 000 à jour de cotisation, nous avons la force militante pour cela !

Fabien ROUSSEL a également voulu revenir sur le crime odieux perpétré contre Samuel PATY qui a mis en émoi toute la France.

Il ne faut évidemment pas avoir peur de dire que ce crime est lié au terrorisme islamiste, lui-même relié à une pratique religieuse avec une visée politique dans le but d’instaurer une religion d’Etat qui s’imposerait à toutes et tous, ce qui est résolument à combattre dans le cadre des lois de la République.

Face à cette instrumentalisation de cet horrible événement par l’extrême droite et il faut bien le dire par de larges franges de la droite, le PCF a un rôle à jouer en réaffirmant son attachement à une REPUBLIQUE LAÏQUE, qui s’appuie sur des SERVICES PUBLICS PRESENTS SUR TOUT LE TERRITOIRE AU SERVICE DE TOUTES ET TOUS, et ce quelle que soit l’origine sociale, nationale, « ethnique », avec l’exigence de mêmes droits pour toutes et tous partout en France !

Dans cette période difficile et troublée, il nous faut retrouver notre famille politique, afin de continuer à entretenir le lien entre les militants.

Et plus que tout, être porteurs-euses de PROPOSITONS pour montrer que nous sommes également capables de contester les choix faits que de porter des propositions alternatives porteuses d’espoir et d’autres perspectives.

Le tout sachant qu’il faut avoir conscience que si nous traversons une « mauvaise passe » sanitaire, celle-ci devrait s’arrêter un jour ou l’autre avec l’arrivée d’un vaccin contre ce satané virus sinon au début de 2021, au moins espère-t-on à l’horizon de l’été 2021…

Les grands axes de ces propositions peuvent être résumés par notre slogan « L’Humain d’abord » en réaffirmant que les richesses produites doivent servir à satisfaire les besoins sociaux, que ce soit en termes de salaires, de Services Publics fondamentaux (Ecole, Hôpitaux, Logement, Transport, Culture, Sécurité…), et ne doivent pas être accaparés par une minorité comme c’est le cas depuis trop longtemps, et cela dans le cadre de l’égalité des droits pour toutes et tous !

En conclusion, il faut donner aux camarades l’envie de s’engager aux côtés d’un parti combatif et présent, prêt à porter le changement que nous sommes prêts à porter avec d’autres forces politiques, syndicales, associatives…

 

Texte de Cyril HAULAND GRØNNEBERG

By | 2020-11-17T11:06:14+01:00 17/11/2020|