Unis face aux intimidations de l’extrême-droite

Dans la nuit de samedi à dimanche, le local de l’Association des Amis du Grain de Sel, siège du PCF Croix-Rousse, a été une fois de plus la cible de dégradations : les vitres ont été brisées à coup de tessons de bouteilles. Cette atteinte fait partie des nombreuses violences et intimidations auxquelles nos militants comme tous les progressistes de cette ville sont confrontés quotidiennement ces dernières années. 
La violence ne fait que renforcer la détermination des communistes dans le combat qui les oppose au camp de la haine et de la régression sociale.

Nous étions une centaine hier soir, pour rappeler que nous ne nous laisserons pas intimider par les violences commises contre nos locaux ou nos militants. Des habitants venus de toute l’agglomération et des représentants de nombreuses organisations : MJCF 69, CGT, PS, Gram, Ensemble !, PG, FI, les Verts, anarchistes de la Plume Noire, NPA, LO ainsi que les élus Lyon Citoyenne & Solidaire. Tous les intervenants ont appelé à l’initiative du 3 mars organisée par le Collectif de Vigilance contre l’Extrême Droite (CV69) à 14h aux Terreaux.

Retrouvez ci-dessous mon intervention :

Mesdames, Messieurs,

Cher(e)s camarades,

Merci à vous tous d’être présents ce soir, merci également à tous ceux (responsables politiques ou associatifs, élus de Lyon et d’ailleurs, militants communistes d’ici et de toute la France…) qui, ne pouvant être présents physiquement, m’ont transmis par mail, sms ou téléphone leur soutien aux militants du PCF Lyon…

Notre local a donc une fois de plus été la cible d’une attaque… Bien sûr, comme je l’ai indiqué dans ma plainte, rien n’est signé ou revendiqué. Mais nous ne nous faisons évidemment aucune illusion : être le seul local vandalisé dans un quartier où chaque rez-de-chaussée ou presque est une vitrine suffit à démontrer que nous sommes face à une attaque politique.

Ce n’est pas la première contre nous : ce local a déjà été dégradé 4 fois depuis 2012, le local de nos camarades givordins l’a été également, la fédération du PCF l’a été à plusieurs reprises et ses salariés ont même été molestés par des nazillons étudiant à la Manufacture des Tabacs…

Militants communistes, nous savons, comme les militants progressistes de cette ville, comme les militants anarchistes, comme les militants associatifs… que depuis quelques années, les groupuscules fascistes, racistes ou « identitaires » ont fait de notre Métropole un laboratoire de leurs idées nauséabondes. L’ouverture de différents locaux ayant pignon sur rue en est un symptôme très visible. Tous, nous savons que nos locaux comme nos personnes sont pour ces barbares des cibles potentielles… C’est pourquoi nous les combattons notamment au sein du Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite…

Ces attaques, qu’il s’agisse de détruire une vitrine, de tagguer des horreurs sur nos murs ou de s’en prendre verbalement voire physiquement à des militants, sont en effet la manifestation de groupes qui se croient aujourd’hui tout permis dans notre pays. La banalisation des discours racistes et discriminatoires, la normalisation dans l’espace public des appels à la haine de l’autre et des idées de division permettent à tous les néo-fascistes de se croire libres de s’exprimer et d’agir aux marges de la loi et de la Constitution française qui interdit pourttant le racisme. Le rejet des migrants proclamé jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat, la violence des propos populistes sur nombre de sujets du président de notre Région par exemple, l’inertie face à l’existence de lieux ouvertement racistes comme la Traboule, le déchaînement de haine qui s’est exprimé dans les rues de notre Ville lors des manifestations anti-mariage pour tous… Tout cela concoure à faire mourir peu à peu la « France des droits de l’Homme » !

Et nous ne l’acceptons pas !

C’est pour cela que nous sommes rassemblés ce soir.

Nous sommes ici ce soir parce que nous refusons de vivre dans un pays où la violence et la haine deviennent le mode de fonctionnement ! Nous refusons de voir le « vivre ensemble » qui est le socle de notre nation devenir le « vivre séparément » prôné par le FN, le GUD et tous leurs avatars pseudo-républicains ou pseudo-laïcs. Nous sommes ici ce soir parce que, au-delà de nos différences et de nos organisations respectives, nous partageons l’idée que Lyon doit redevenir la capitale de la Résistance, la ville de Jean Moulin et des idées du CNR !

Chaque année, je prends la parole pour le PCF lors de la cérémonie d’hommage à Marcel Bertone. Je le fais à la demande de mon camarade Nathan Chapochnik, ancien résistant, qui au soir du 21 avril 2002 me disait de ne pas pleurer car nous étions toujours capables de battre le fascisme comme durant la guerre. Chaque année j’y rappelle l’attachement des communistes aux idées de liberté, d’égalité, de fraternité qui sont les fondements de notre République et chaque année j’y rappelle que comme le clamait Lucie Aubrac, nous continuerons de conjuguer le verbe RESISTER au présent ! Et c’est bien ce que nous faisons tous ensemble ce soir : résister au présent en étant nombreux à dire NON à la violence et à la haine.

Et au-delà de l’émotion liée à l’acte de dégradation subi par le local du Grain de Sel, au-delà de la colère ressentie face à ce nouvel acte de violence, nous voulons construire la riposte dans notre Ville. C’est pourquoi, au nom des militants communistes de Lyon, j’appelle chacune et chacun à participer au rassemblement organisé le 3 mars prochain à 14h aux Terreaux par le CV69 pour exiger à nouveau la fermeture du local « le pavillon noir » situé quai Pierre Scize. Obtenir cette fermeture permettra de montrer concrètement que nous n’abdiquons face à l’Extrême-Droite et que nous restons forts et vigilants face à la « bête immonde » !

No Pasaran !

Je vous remercie

By | 2018-02-20T22:38:13+01:00 20/02/2018|